Une grossesse de rêve... ou pas !

Quand on imagine une femme enceinte, on la voit épanouie, avec une belle peau, de beaux cheveux, un ventre rond sur lequel elle pose tendrement sa main en le regardant...bref, vous voyez la scène avec la musique en fond et le "cui-cui" des oiseaux ?

Autour de moi, d'autres femmes étaient enceintes ou l'avaient été, et leur grossesse était soit idyllique soit plutôt cool. 

Elles étaient belles, fatiguées pour certaines, mais heureuses d'être enceintes.

Pour ma part, je ne ressentais pas exactement cette joie immense qui est sensée t'emporter quand tu portes la vie, car en fait, j'étais plutôt déprimée...

Physiquement, j'étais très fatiguée, très nauséeuse (que celui qui utilise encore le terme "nausées du matin" soit pendu sur le champs!), j'avais mal en bas du dos, je prenais du poids partout sauf du ventre et soit je pleurais soit je m'énervais.

Au travail je commençais un nouveau job pour lequel je tenais vraiment à faire mes preuves, je me mettais beaucoup de pression, surtout que j'ai toujours voulu croire au fait qu'on peut s'épanouir professionnellement et avoir une vie de famille. 
En réalité, je me sentais incompétente
Incompétente au travail car je m'en voulais d'être fatiguée, d'avoir la tête dans le coltar et pleins de trous de mémoire, d'être à fleur de peau tout en tâchant de le masquer quotidiennement.
Incompétente en tant que future mère de ne pas être capable de faire dignement et parfaitement ce que toute femme est sensée savoir faire : porter la vie.
Incompétente en tant que femme, car étant pourtant de nature hyper active, je passais mon temps libre sur mon canapé, à me plaindre et dormir (pas très sexy quoi).

Moi qui avait imaginé continuer le sport jusqu'au 6ème mois de grossesse (au moins!), faire attention à ce que je mange (coucou pâtes bolo et carbo tous les soirs)...

En fait ce que je dois reconnaître, c'est que dès le début de ma grossesse, mon corps m'a fait comprendre que je ne pourrais pas tout maîtriser

Au delà des angoisses des 3 premiers mois de perdre son bébé (et même après en réalité) et celle des derniers mois d'accoucher, je me sentais surtout dépossédée de mon corps. Les restrictions alimentaires, le fait de ne pas pouvoir me mouvoir comme je le souhaite, de me fatiguer beaucoup plus vite...

J'étais aussi très inquiète sur la pérennité de mon état. Je me trouvais tellement différente (version moins bien), j'avais peur de celle que je serai une fois que j'aurai accouché. J'avais peur de me perdre. 

Si certaines d'entres vous se sentent également dans ce cas... Je vous rassure. Quelques mois après la grossesse, tout est rentré dans l'ordre. Pour ce qui est de mon dynamisme, ma bonne humeur (quoi que ça dépend des nuits passées) et même ma féminité, je me suis retrouvée. 

Par contre, j'ai quand même changé, car je suis devenue Maman, et qu'à ce que j'étais avant, c'est ajouté ce nouveau rôle, avec ce qui l'accompagne. 

Pendant ma grossesse, je sentais tout cela à la fois si loin et si proche. Rien ne prépare à ce grand Inconnu, et ce que je dis souvent, c'est que je ne ressemble en rien à la mère que je m'étais imaginée être. 

Avec le recul, je me dis que cette grossesse a en fait marqué la phase transitoire entre mon moi d'avant, et celui d'après. Que mon corps, et ma tête, se sont préparés à leur manière au Grand Changement, car la maternité m'a appris beaucoup sur moi même, et m'en apprendra encore sûrement énormément. 

Alors si je partage avec vous cet aspect de mon aventure vers la maternité, c'est pour que si une femme qui ne vit pas une grossesse aussi rose qu'espérée passe par ici, elle puisse se dire qu'elle n'est pas seule. Et j'aimerai même ajouter : "Toi qui est enceinte, tu es merveilleuse. Même si tu es essoufflée pour rien, que tu as la nausées, que tu pleures tout le temps, que tu es angoissée, que tu te demandes si tu vas aimer ce bébé, que tu as des vergetures, la libido en montagnes russes... je te le promet, ça va passer, c'est transitoire, et ce que tu fais, ce que tu vis, c'est juste le début d'un beau et long voyage."