Le premier salon de portage physiologique a eu lieu ce week-end à Paris !

Ce week-end, c'était le salon Bébé Portation. Il a eu lieu au Palais de la femme, et si j'ai eu le plaisir de faire partie de l'équipe bénévole pour le dimanche, j'ai quand même eu du temps pour ma petite visite perso, accompagnée de Papa Chéri, Pucinette, Belle-soeur Chérie et sa Nounette. Petit récap' de la journée :

09h45, j'arrive sur le salon, il y a déjà la queue dehors, mais ça reste raisonnable. Je prends mes quartiers à la buvette (pour faire le service hein, pas pour commencer à boire, je vous vois venir). Je fais la connaissance d'Elodie, une bénévole Rémoise super sympa qui me met au parfum : 

La veille, le salon a rencontré un grand succès, le stand Château Coco a même été victime d'une immense ruée (avec une file d'attente longue de près de 2 heures). Le dimanche, la journée promettait d'être plus calme, car moins de préventes avaient été vendues (et les exposants avaient déjà peut-être été tous dévalisés?). 

Pour ma part, j'étais bien contente que le salon soit plus calme le dimanche, je craignais une journée épuisante à jouer des coudes avec ma fille sur le dos. 

Une fois mon service du matin terminé, j'ai pu aller faire un tour seule avant l'arrivée de la joyeuse troupe citée plus haut qui avait prévu de me rejoindre. 

La buvette où j'avais servi était située à l'entrée du salon, où se trouvaient des tables pour se restaurer (traiteur japonais et vegan présents sur les lieux) et un coin pour les enfants (appelé "La petite ourse"). 

Une fois cet espace traversé, on entrait dans l'espace des stands, avec un studio photo, des ateliers, une scène pour les conférences et un espace détente avec de gros fauteuils gonflables et confortables pour nourrir son bébé, le changer, se reposer, le laisser se dégourdir les jambes ("La voie lactée").

L'impression générale, c'est que je me sentais bien. Il y avait pleins de mamans (et quelques papas) avec des bébés portés dans tous les coins, des femmes qui allaitaient sans que personne ne trouve ça indécent, tout le monde se parlait avec bienveillance, et une ambiance chaleureuse régnait naturellement. 

Par contre, moi qui raffole du portage, et qui suis quand même assez renseignée sur le sujet, j'étais un peu perdue.

Si je connais les modes de portages et différents nouages, je connais peu les grandes marques d'écharpes comme Château Coco (la fameuse!), HubertineWoven Wings etc. Et la raison, c'est que ce n'est pas dans mon budget : comptez 150€ les premiers prix pour une écharpe. 

Alors du coup, dans ce que je connais, il y a Didymos et Neobulle. J'ai compté avec déception de grands absents comme Fidella, JPMBB, Manduca, Ling Ling d'Amour...

En règle générale, j'ai trouvé qu'il y avait une offre majoritaire d'écharpes. En fait, il n'y avait quasiment que ça. De magnifiques écharpes, certes, mais si on aime les moyens alternatifs ou qu'on a un budget plus restreint, on se retrouve un peu démuni. 

Quid des podeagis, des onbus, des pagnes ? 

Moi qui voulait faire essayer un système différent à Papa Chéri, il a fallu que j'aille sur le stand de l'association Porter son enfant pour utiliser leur onbuhimo de test (utilisé dans leurs ateliers). Au passage, la monitrice qui nous a conseillé était vraiment au top, elle a pris le temps de nous expliquer pleins de choses et elle nous a même prêté le onbu pour faire un tour avec dans le salon.  

Pour les articles "dérivés", j'avais hâte de voir les manteaux de portage. J'en ai vu de vraiment sublimes chez Hubertine, au prix de 475€ (sic! ça a calmé mes yeux tout émerveillés). Chez Light House, j'ai trouvé des manteaux géniaux à un prix plus abordable pour moi (210€ environ) qui permettaient un portage dos, ventre, enceinte ou sans bébé du tout, et très classes. J'ai flashé sur le modèle gris en laine, qui ne sera proposé à la vente qu'en décembre, j'attends donc impatiemment, et en attendant je mets de côté ! Isabelle, la créatrice, est adorable. Elle vend aussi des cotons lavables (j'ai craqué pour un lot, ils sont tellement doux), des sarouels, bonnets pour bébé...

Au stand Jolie Cerise, j'ai été un peu déçue de l'accueil. Lorsque j'ai demandé s'ils proposaient des onbus, on m'en a tendu 2 emballés de chez Lennylamb en me disant "c'est tout ce qu'on a". J'ai demandé si je pouvais les essayer mais cela m'a été refusé, puis la personne s'est finalement assise et m'a ignorée. BON. J'ai passé mon chemin.

Avant de partir, j'ai craqué pour une écharpe tissée en coton taille 6 de chez Didymos, rose et grise (photo à venir avec article) qui m'a fait de l’œil toute la journée quand je passais à côté. Je l'ai mise à tremper et lavée, j'ai hâte de l'essayer !

Ma belle-soeur s'est quant à elle renseignée sur les portes-bébé chez ErgoBaby (mais j'ai un peu du mal avec eux je dois l'avouer), car elle recherche un moyen simple pour que le père de sa fille puisse porter de façon physiologique sans s’emmêler avec des nœuds. Elle a finalement pu avoir des conseils d'autres mamans du salon, et continue sa quête. Elle a également réajusté le nœud de son écharpe JPMBB grâce à une bénévole du salon également monitrice. 

Papa Chéri lui, a donc essayé le onbu, mais il s'est rendu compte que le flytai, c'est quand même super confortable, et il a porté sa fille sur le dos tout le temps de sa sieste. 

Concernant les conférences, j'ai écouté un bout de celle concernant l'allaitement, et un autre sur le portage et le handicap. Les sujets proposés sur les deux jours étaient vraiment intéressants et riches, avec des intervenants très accessibles. 

Les ateliers ont été pris d'assaut plusieurs semaines avant le salon, je n'ai donc pas pu faire ceux qui m'intéressaient, mais ils avaient l'air géniaux ! Les participants en ressortaient l'air ravi. 

Concernant l'organisation en elle-même, c'était incroyablement bien mené, professionnel, avec un très bon état d'esprit global. Je suis vraiment honorée d'y avoir apporté ma toute petite contribution. Avant de partir, j'ai craqué pour l'affiche du salon accompagnée du poème de Bérénice Meinsohn lorsque je tenais la boutique de produits dérivés (avec Pucinette qui m'accompagnait). 

En conclusion, hâte de voir une deuxième édition, étoffée en offre et accessibilité mais avec le même état d'esprit !