Au secours, je n'allaite pas !

Allaiter (ou pas) par choix

Pour chaque femme, nous prenons la décision d'allaiter en amont, sur le coup ou alors plus tard. Quoi qu'il en soit, l'important c'est que ce soit notre propre choix (pas celui de la sage-femme, du pédiatre, de belle-maman, de la voisine, de la nounou etc.) et un choix éclairé. 

Car en réalité, la vraie question n'est pas : est-ce que cette femme a raison d'allaiter ou non ? La vraie question est : la femme qui n'allaite pas le fait-elle parce qu'elle n'en a pas envie et que c'est la décision qui lui convient le mieux ou est-ce un choix par défaut ?

J'insiste avant tout sur le fait qu'une mère bien informée qui décide de ne pas allaiter est tout aussi méritante que n'importe quelle autre mère. Elle aime son enfant, et veut ce qu'il y a de mieux pour lui. Elle a le droit pour des raisons qui la regardent de souhaiter un autre mode d'alimentation, et de nombreuses opportunités s'offrent à elle pour qu'il soit nourri autrement que par son lait tout en étant épanoui et bien portant.

En fait le seul problème dans le fait de ne pas allaiter, est de faire ce choix par manque d'informations, par pression sociale, voire médicale.

En France, le personnel de santé est mal renseigné sur l'allaitement, il connait peu son fonctionnement et tout ce qu'il y a autour. Par contre ils connaissent très bien l'alimentation au biberon et ont d'ailleurs de nombreuses ressources concernant le choix du lait, son changement, le rythme des biberons, les dosages etc.

Ici, nous traiterons les idées reçues et le comportement du personnel médical entourant la mère, qui sont un frein à l'allaitement  :


Pourquoi certaines femmes n'allaitent pas, alors qu'elles voudraient et/ou pourraient le faire

Certaines idées reçues, qui se transmettent parfois de génération en génération, persuadent certaines femmes de ne pas allaiter, citons les principales :

1/ L'allaitement, ça fait mal

VRAI et FAUX

En fait l'allaitement peut faire mal, c'est vrai, pour plusieurs raisons : les premiers jours, les mamelons sont particulièrement sensibles et certains bébés n'ont pas immédiatement la technique pour téter. Une mauvaise prise en bouche du bébé ou mauvaise position peut alors être douloureuse pour la maman. Mais avec une bonne connaissance et un accompagnement avisé cela peut se régler très rapidement.

Il existe également d'autres situations qui peuvent rendre douloureux l'allaitement (muguet, mastite etc.) et qui peuvent être réglés facilement à l'aide d'un(e) professionnel(le) de santé et un traitement si nécessaire. 

J'ai moi-même souffert de grosses douleurs au début de mon allaitement à la maternité, j'ai reçu peu d'aide, des conseils discutables et pas toujours tendres, mais finalement en changeant de positions j'ai pu venir à bout de ce souci et connaître les joies d'un allaitement mené normalement.

Concernant le muguet, ce qui a marché pour moi ce fût l'eau de Vichy (recommandé par ma sage-femme). Une petite bouteille de Vichy St Yorre ou de Vichy Celestin, qq compresses stériles et mouchoirs, et je traitais ma poitrine et la bouche de ma fille avec ça avant et après les tétées jusqu'à disparition. 

2/ L'allaitement, ça fatigue

FAUX

L'accouchement, les suites de couches, le bébé qu'il faut nourrir toutes les 2,3 ou 4h même la nuit, ça fatigue... l'allaitement, non. On ne fait pas du sport quand on met bébé au sein hein ;) par contre ce qui est vrai c'est que lors de l'allaitement, il est secrété une hormone qui donne à la maman grandement envie de dormir. Cela a pour but de favoriser le repos de la mère après avoir allaité grâce à un sommeil récupérateur.

"(...) le taux élevé d'ocytocine des tétées provoque chez la mère une sensation de détente, d'apaisement, de légère somnolence. Ce n'est pas une fatigue, c'est au contraire un "cadeau du corps" pour éviter de se fatiguer et profiter d'un moment doux et calme où l'on recharge son énergie." 

L'allaitement de la naissance au sevrage, p.168, Dr Marie Thirion, Albin Michel. 

Mais si vous êtes en pleine journée et que vous n'avez pas du tout envie d'une petite sieste, après la tétée il vous suffira de bouger un peu et hop cet effet de somnolence se dissipera.

3/ Je n'ai pas assez de lait

FAUX, FAUX, FAUX

Mesdames, vous êtes les meilleures, sachez le ! Votre corps est conçu pour nourrir votre enfant, vous avez assez de lait, il faut juste que votre lactation soit correctement stimulée.

Vous trouverez un article très intéressant ici à propos de cette croyance ;)

4/ Mon lait n'est pas assez nourrissant

FAUX, MEGA SUPER GIGA FAUX

S'il y a du lait, alors il est assez nourrissant. Votre corps est conçu de façon à ce que bébé passe en premier, donc même en sous-nutrition, votre corps ira chercher ce qu'il faut pour son bon développement.

5/ Le papa va être exclu

Ça dépend du papa !

S'il est du genre à ne vouloir donner que à manger... C'est sûr, il va être exclu (et encore, avec un système de sonde au doigt par exemple, qui est un joli moyen de donner à manger au bébé avec du lait tiré de temps en temps pendant que Maman se repose/sort/fais un mini break quoi ^^).

Par contre un bébé, on le berce, on le baigne, on le console, on le porte, on le promène, on lui parle, on le change... Bref, ce petit humain en devenir demande tellement d'attention déjà que le Papa aura tout le loisir de trouver sa place. De plus, il est un allié de taille dans l'allaitement : soutien indéfectible psychologiquement, mais aussi pour apporter Bébé à sa Maman pour la tétée, et le reprendre juste après pour le bercer/coucher/changer/etc. il permet ainsi de conserver le lien lacté tout en laissant la mère se reposer allongée si elle en a besoin.


Une autre cause d'abandon ou de choix de ne pas allaiter revient aux proches de la femme, qui ne la soutienne pas, ou cherche à la décourager. 

"Tu es sûre que ton lait est assez nourrissant?" "Il a faim non ?" 

"Tu allaites encore ?" "Et...tu comptes allaiter combien de temps ?" 

"S'il ne fait pas ses nuits, c'est parce que tu l'allaites toujours" 

"Ça ne te dérange pas de montrer ta poitrine comme ça ?" 

"Tu dois être vraiment épuisée, il faut dire que l'allaitement fatigue!" 

"Ça ne sert plus à rien de l'allaiter maintenant" 

et autres joyeusetés, pas forcément partant d'un mauvais sentiment... Mais plutôt décourageant à la longue, surtout quand cela vient des personnes les plus proches de soi, de qui l'opinion compte, et qui remettent en question son allaitement de façon directe ou indirecte.

Enfin et SURTOUT, la cause principale d'abandon de l'allaitement que j'ai pu constater autour de moi, c'est le mauvais accompagnement du personnel de santé. Le but n'est pas de faire une généralité, car beaucoup de personnel médical apportent des conseils et soins de qualité, mais il existe encore malheureusement de nombreux autres dont le comportement nuit directement à la mise en place d'un allaitement serein. Soit directement à la maternité (les sages-femmes qui ont toutes des avis différents, qui ne savent pas du tout rassurer et accompagner les mères dans la mise en route de l'allaitement, qui conseillent des biberons de compléments à tout va comme la solution à leurs maux) soit par la suite à la PMI, chez le pédiatre etc. pour des problèmes de prise de poids du bébé, de tétées trop ou pas assez fréquentes etc. 

Au lieu de chercher une solution qui maintiendrait l'allaitement, ils orientent la femme vers le lait artificiel donné en biberon, car c'est un registre qu'ils connaissent et maîtrisent, contrairement à l'allaitement.

Alors comment se renseigner ? Comment être sûre d'être bien accompagnée ?

Dans un premier temps, il va falloir vous blinder. Sans partir sur un discours alarmiste hein, mais vous pourriez être amenées à subir des "conseils", de la désinformation, des remarques, des questions déplacées, voire des pressions dissimulées (ou pas !).

Ensuite, documentez-vous, discutez avec des mères qui allaitent ou ont allaitées, et surtout, dirigez-vous vers des sources fiables.

Si vous avez un doute, si vous rencontrez des difficultés pendant votre allaitement, essayez au maximum de vous faire accompagner, soutenir et conseiller par des personnes disposant de solides connaissances sur la question, et soyez vous-même informée sur la question car certains désagréments peuvent se régler voire s'anticiper facilement pour peu que l'on ait un peu de connaissances sur le sujet :) 

LE site de référence, c'est celui de la Leche League, avec son groupe Facebook, mais également le site de l'Organisation Mondiale de la Santé.

Il y a des conseillères en lactation un peu partout en France, vous pouvez trouver la liste ici.

Pour ma part, j'ai adoré le livre L'allaitement, du Dr Marie Thirion qui est très détaillé, complet, avec des schémas et des explications claires. 

Que vous souhaitiez allaiter ou non, discutez-en avec votre conjoint, qui sera votre meilleur allié ;) et surtout, faites vous confiance et suivez votre instinct, il n'y a pas de mauvais choix tant que c'est le vôtre.