A bas la vie de poussette !

L'incournable quand on attend un enfant, ce pourquoi on se creuse la tête, on compare mille modèles, on se ruine, c'est Madame Poussette. 
Il existe des tas de modèles, des tas d'options. Des poussettes de ville, passe-partout, des poussettes de sportifs pour courir avec, des tout-terrain avec des roues de compet' et des amortisseurs... 

Bref, pour moi la poussette c'était l'indispensable du bébé (avec le lit à barreaux et la table à langer mais j'y reviendrais plus tard). 

Quand j'ai accouché de ma Pucinette, qu'on est sorti de l'hôpital et que je l'ai utilisé les premières fois, ça donnait un peu ça :
"Mais comment elles font les dames dans la rue là ? On dirait que c'est tout simple en fait c'est super galère ce truc!" 

Monter et descendre les trottoirs, les escaliers, les pentes, les ascenseurs trop étroits...

Puis voir mon tout petit bébé ballotté dedans, emmitouflée dans sa combi pilote, j'avais peur à chaque fois qu'une roue butait sur quelque chose, j'avais peur des voitures, j'avais peur qu'elle ai froid, qu'elle ne soit pas confortable... 
Et petit à petit j'ai maîtrisé la bête...Hop je conduis à une main, hop je prépare tout en avance, hop j'installe bébé comme ça. 


A côté de mon incontournable poussette, j'ai toujours été attirée par le portage. J'oscille du coup entre portage ou poussette, en fonction de ma destination, du planning prévu, du trajet etc. 

Il se trouve qu'hier pourtant, alors que j'ai préféré Madame Poussette à mon mei-tai* d'amour pour mon trajet chez l'ophtalmo... Je me suis super fachée contre elle ! Récit : 

mardi 26/09 - 10h20 - At home

J'ai rendez-vous chez l'ophtalmo pour Pucinette à 11h. J'ai regardé l'itinéraire et je n'en ai que pour quelques stations de bus, l'arrêt est à côté de chez moi.  

Entre 10h30 et 11h, je suppose qu'il n'y aura personne. En plus, c'est l'heure de la sieste matinale de Pucinette. Enfin, j'ai checké qu'il soit bien indiqué qu'il y a un accès handicapé sur la fiche dudit médecin. Je décide donc d'y aller en poussette, me disant que le trajet endormirais mon bébé, et qu'une fois arrivée en salle d'attente je pourrais la laisser roupiller tranquillement dedans pendant que moi je bouquine.

Je pars en avance, parce que je ne connais pas les horaires de bus, et que j'aime pas me presser. 

[On note tous les détails de préparation pour prendre une poussette ?]

10h35, le bus arrive. Je constate qu'il est blindé. Impossible de monter par l'arrière, le chauffeur me permet de passer devant. Je galère à faire monter les 4 roues entre l'étroite ouverture d'une des 2 portes avant du bus, je sens les regards vers moi pas super approbateurs, et j'aimerai bien replier ma poussette et mettre ma fille en mei-tai* (que j'avais quand même pris soin d'emporter) mais j'ai pas le temps et pas la place.  

Je passe les 8 arrêts les plus longs de ma vie, à m'excuser, me caler dans un coin tant bien que mal, et ma poussette se prend des coups au passage par des passagers pas très délicats. 

Mon arrêt arrive (enfin!), je descend par la même porte étroite de devant, trouve le bâtiment du médecin, rentre dans l'ascenseur... Tout ce temps, Pucinette ne s'est pas endormi une seconde (en même temps je la comprend) et l'heure de sa sieste est en train de passer. 

Trajet du retour. Cette fois, je ne me fais pas avoir avec des suppositions douteuses sur l'heure et le remplissage du bus. Hop! Pucinette sur le dos, je plierai la poussette dans le bus si besoin. Le bus arrive, je suis prête avec ma poussette pliée. Même pliée, je galère à la monter dans le bus avec mon sac, les affaires, la poussette...

Pendant ce temps, je sens ma fille qui s'est endormie dans mon dos, bien calée contre moi. Les 8 arrêts passent plus vite, je me détend un peu. Arrivée à la maison, il faut encore que je monte les 3 marches maudites avec Madame Poussette et je décide qu'elle et moi, bah on est plus amies du tout ! Je suis épuisée, j'me suis sentie encombrante et encombrée. 

En fait la poussette, c'est parfait pour le parc quand bébé ne sait pas marcher.

Du coup cette dame à roulettes, plus le temps passe plus elle reste dans le coffre de la voiture "au cas où", ou dans l'entrée. Et je me disais déjà que sauf dans des cas bien précis où c'est vraiment plus facile pour bébé et pour soi, que ça permet de poser bébé et de le laisser dormir dans un coin, et bien le portage c'est quand même mieux en pleins de points.

Je ne dis pas qu'il faille la bannir, je l'ai d'ailleurs utilisé dans l'après-midi même pour une petite sortie, mais tout compte fait je ne suis pas sûre qu'elle soit aussi indispensable qu'on veuille nous le faire croire. A 600€ le bidule, il faut bien nous convaincre ;)

* mei-tai : moyen de portage d'origine asiatique, constitué d'un rectangle de tissu et de 4 pans aux extrémités.